Menu Professionnels
Le spécialiste de votre air intérieur et du confort thermique

La pollution et la qualité d'air

La pollution et la qualité d'air

La qualité de l'air intérieur 

 

L’air intérieur est-il pollué ?

Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, l’air intérieur est en moyenne de 5 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur. Beaucoup de problèmes de santé (allergies, asthme, maladies respiratoires) sont dus à l’air vicié à l’intérieur des logements. Les sources peuvent être diverses : cuisine, produits sanitaires, respiration…

 

Comment Walter® peut-il améliorer ma qualité d’air intérieur ?

En plus d’avertir en temps réel sur la qualité de l’air intérieur, Walter® est capable d’enclencher automatiquement le système de ventilation en cas de mesures alarmantes. Une fois la qualité d’air améliorée, tout reviendra à son fonctionnement normal.

 

Quels sont les capteurs de Walter® ?

Walter® contient 4 capteurs de polluants : Particules fines 2.5µm (PM2.5) ; Composés Organiques Volatils (COV) ; Dioxyde de carbone (CO2) ; Humidité et Température.

 

Qu’est-ce que l’Index Aldes intérieur ?

L’index Aldes va de 0 à 99 permet d’avoir une vision globale sur la qualité de l’air chez soi. Le niveau 0 indique une qualité parfaite et le niveau 99 indique une qualité critique.

Calculé à partir des mesures des différents capteurs, il prend en compte la mesure la plus haute et la transforme en indice.

 

Qu’est-ce que le PM2.5 ?

Le terme PM2.5 correspond aux particules fines ayant un diamètre inférieur à 2,5µm (micromètres), soit la taille d'une bactérie. Elles proviennent de l'intérieur de la maison (cuisson, poussière) comme de l'extérieur (transports, industrie).

Le diamètre réduit de ces particules favorise la pénétration dans les poumons voire dans le système sanguin. Voici les seuils de pollution PM2.5 correspondant aux couleurs des jauges :

Blanc / Très bon : 0-15 µg/m3

Jaune / Bon : 15-30 µg/m3

Orange / Moyen :  30-50 µg/m3

Rouge / Mauvais : 50-150 µg/m3.

 

Qu’est-ce que les COV ?

Le terme COV correspond aux composés organiques volatils, des gaz à effet de serre provenant généralement de l'ameublement (peinture, colle, vernis), des produits d'entretien, ainsi que des transports et de l'industrie. Les plus connus sont les formaldéhydes, le benzène, et le toluène.

Mesurés en ppb (partie par milliard), les COV sont considérés comme dangereux et peuvent altérer la santé à court terme (migraines) et à long terme : le formaldéhyde a été classé comme cancérogène par le Centre International de Recherche sur le Cancer.

Voici les seuils de pollution COV correspondant aux couleurs des jauges :

Blanc / Très bon : 0-150 ppb

Jaune / Bon : 150-300 ppb

Orange / Moyen : 300-450 ppb

Rouge / Mauvais : 450-600 ppb.

 

Comment le CO2 pollue notre intérieur ?

Le CO2, ou dioxyde de carbone, est naturellement présent dans l'atmosphère. Il provient des plantes, de la respiration humaine, ainsi que de la combustion.

Le taux idéal à l'intérieur d'un logement est d'environ 1000 ppm.

Au-delà d'une concentration de 1400 ppm, le CO2 peut générer des maux de tête et une perte de concentration. Voici les seuils de pollution CO2 correspondant aux couleurs des jauges :

Blanc / Très bon : Jusqu'à 800 ppm

Jaune / Bon : 800-1200 ppm

Orange / Moyen : 1200-1400 ppm

Rouge / Mauvais : 1400-2000 ppm.

 

L’humidité peut-elle polluer mon logement ?

L'humidité relative (HR) correspond au pourcentage de vapeur d'eau contenu dans l'air selon une température spécifique. Elle provient des activités humaines domestiques comme la cuisine ou la douche.

Un air trop humide provoque des dégâts dans votre logement (moisissures, développement d'acariens) et peut entraîner des problèmes de santé (allergies, asthme).

Voici les seuils de pollution HR correspondant aux couleurs des jauges :

Blanc / Très bon : 40-60%

Jaune / Bon : 30-40% et 60-70%

Orange / Moyen : 25-30% et 70-75%

Rouge / Mauvais : <25% ou >75%.

 

Comment sont construits les seuils de qualité d’air intérieur ?

Nos seuils de qualité d’air intérieur sont INSPIRÉS des valeurs recommandées :

  • Particules fines - OMS :
  • 5 : 10µg/m3 moyenne annuelle et 25µg/m3 moyenne sur 24h
  • CO2 - Indicateur de confinement - Norme européenne de ventilation EN 13779 :
  • QAI élevée < 800ppm
  • QAI moyenne entre 800-1200 ppm
  • QAI modérée entre 1200-1400 ppm
  • QAI médiocre > 1400 ppm
  • Composés organiques volatils (COV) - ANSES :
  • Formaldéhyde : valeur guide 30µg/m3
  • Benzène : valeur guide 2µg/m3
  • Humidité relative – ASHRAE : Il est conseillé de maintenir un taux entre 30 et 60%.

 

 

 

La qualité d'air extérieur

 

Comment Walter® peut-il m’informer sur la qualité d’air extérieur ?

Une fois connecté au Wi-Fi local, Walter® reçoit des informations sur la qualité d’air extérieur en fonction de la localisation définie par l’application AldesConnect™. Il retranscrit alors les niveaux de pollution sous forme d’indice pour quelques polluants (Ozone, dioxyde d’azote, PM10, PM2.5).

 

D’où viennent les mesures de la qualité d’air extérieur ?

Ces mesures sont envoyées par le cloud Aldes en fonction de la localisation de votre téléphone ou alors du lieu que vous aurez paramétré directement sur l’application AldesConnect™.

 

Dans quelles régions puis-je voir ma qualité d’air extérieur ?

Les données recouvrent la quasi-totalité de la Terre. Où que vous habitiez vous pourrez suivre votre qualité d’air extérieur à 500m près !

 

Quelle est la précision de localisation pour les données sur la qualité d’air extérieur ?

La précision des données permet d’avoir la qualité d’air de chez soi avec une précision d’environ 500m.

 

Qu’est-ce que l’Index Aldes extérieur ?

L’index Aldes va de 0 à 100 permet d’avoir une vision globale sur la qualité de l’air extérieur. Le niveau 0 indique une qualité parfaite et le niveau 100 indique une qualité critique.

Calculé à partir des mesures des différents niveaux de polluants, il prend en compte la mesure la plus haute et la transforme en indice.

 

Quels sont les polluants extérieurs affichés par Walter® ?

Walter® affiche les niveaux de particules fines PM2.5 et PM10, de dioxyde d’azote (NO2) et d’ozone (O3).

 

Qu’est-ce que l’ozone (O3) ?

L’ozone est une réaction chimique entre l’oxygène atmosphérique, les oxydes d’azotes, les composés organiques et la lumière du soleil.

L'ozone peut irriter les voies respiratoires provoquant une toux, une sensation de brûlure, une respiration sifflante et un essoufflement. Les enfants, les personnes atteintes de maladies respiratoires ou pulmonaires et cardiaques, les personnes âgées et les personnes pratiquant des activités physiques en extérieur sont particulièrement vulnérable à son exposition.

 

Qu’est-ce que le dioxyde d’azote (NO2) ?

Le dioxyde d’azote trouve sa source principalement via les procédés de combustion dans l’industrie et les transports.

Une exposition à ce polluant peut provoquer une augmentation de la réactivité bronchique chez les patients souffrant d’asthme, une baisse de la fonction respiratoire chez les patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive et enfin augmente le risque d’infection respiratoire, spécialement chez les enfants.

 

Les particules fines (PM10 et PM2.5) sont-elles également problématiques dans l’air extérieur ?

Les sources principales des particules fines sont la poussière naturelle, la fumée et le pollen.

Elles entrent dans les poumons et provoquent une inflammation locale et systémique dans le système respiratoire et le cœur, provoquant ainsi des maladies cardiovasculaires et respiratoires telles que l’asthme et la bronchite. Sous forme de PM2.5 ou PM10 on les trouve aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur.

 

Le CO2 est-il également un polluant d’air extérieur ?

Le CO2 ne peut pas être considéré comme directement dangereux pour l’homme à l’extérieur. Si son taux dans l’air a explosé exponentiellement depuis la révolution industrielle, il reste faible comparé aux espaces clos (400 ppm contre environ 1000 ppm en intérieur).

Il est cependant indirectement très problématique pour son effet de serre qui provoque le changement climatique.

 

Comment sont construits les seuils de qualité d’air extérieur ?

Les seuils de qualité d’air extérieurs sont eux aussi INSPIRÉS de valeurs recommandées :

  • Particules fines – OMS :
  • 5 : 10µg/m3 moyenne annuelle et 25µg/m3 moyenne sur 24h
  • PM10 : 20µg/m3 moyenne annuelle et 50µg/m3 moyenne sur 24h
  • Ozone (O3) – OMS : 100µg/m3 moyenne sur 8h
  • Dioxyde d’azote (NO2) – OMS : 40 μg/m3 moyenne annuelle et 200 μg/m3 moyenne 1z

La question du mois

Quelles sont vos principales sources d'information concernant les solutions Aldes ?