Menu Professionnels
Le spécialiste de votre air intérieur et du confort thermique

Bouleau, cyprès, frêne, chêne : zoom sur ces arbres allergisants

La rhinite allergique est en constante augmentation. Sa prévalence a ainsi été multipliée par 2 en dix ans et par plus de 10 en cinquante ans. Les arbres au pollen anémophile (c’est-à-dire dispersés par le vent) sont ainsi les plus allergisants. Si d’autres facteurs peuvent intervenir (morphologie, terrain atopique, pollution de l’air…), voici tout de même tout ce que vous devez savoir sur les arbres allergisants en France.

 

Quels sont les arbres allergisants en hiver ?

Bien que cela soit moins connu, plusieurs arbres au pollen allergisant sévissent aussi en hiver, dégradant la qualité de l’air de votre intérieur et vous exposant à des pollinoses intermittentes pouvant être sévères.

Les arbres allergisants en hiver sont :

  • Le Cyprès, dont la période de pollinisation se situe de mi-janvier à mi-mars, durant 4 à 8 semaines ;
  • Le Frêne, dont la période de pollinisation se situe de décembre à mars, durant 4 à 5 semaines ;
  • L’Aulne, dont la période de pollinisation se situe fin décembre, durant 4 à 10 semaines.

Si l’Aulne et son pollen gluant présentent une puissance allergisante moyenne, c’est surtout le Frêne et le Cyprès qui posent problème. Avec leur mode de pollinisation anémophile et la grande quantité de pollen qu’ils répandent dans l’air (entre 10 000 et 12 500 µm3), il s’agit d’arbres dont l’allergénicité est forte à très forte.

Les Cyprès, issus de la famille des Cupressacées, sont ainsi responsables de rhino-conjonctivites sévères dans le sud de la France. L’asthme peut faire partie des symptômes de l’allergie et les scientifiques estiment que 11,5% des enfants atopiques (possédant un terrain allergique fort) sont sensibles aux cyprès. Pour les protéger efficacement à l’intérieur, les filtres pour VMC double flux Aldes sont tous dotés d’une technologie anti-pollen.

 

Quels sont les arbres allergisants au printemps et en été ?

C’est durant les saisons chaudes, soit le printemps et l’été, que les arbres allergisants sont les plus actifs. En cette période, un véritable cocktail de pollens dégrade la qualité de l’air intérieur et déclenche des allergies même aux moins sensibles : c’est le fameux rhume des foins.

Les arbres allergisants au printemps/été sont :

  • Le Bouleau, dont la période de pollinisation se situe de mars à mai, durant 5 à 8 semaines ;
  • Le Frêne, dont la période de pollinisation se situe aussi au printemps, durant 4 à 10 semaines ;
  • Le Murier à papier, dont la période de pollinisation se situe au printemps, durant 4 à 6 semaines ;
  • L’Olivier, dont la période de pollinisation se situe d’avril à mai, durant 4 à 6 semaines ;
  • Le Platane, dont la période de pollinisation se situe au printemps, durant 2 à 6 semaines ;
  • Le Peuplier, dont la période de pollinisation se situe au printemps, durant 6 à 10 semaines ;
  • Le Charme commun, dont la période de pollinisation se situe de mars à mai, durant 4 à 6 semaines ;
  • Le Chêne, dont la période de pollinisation se situe au printemps, durant 10 à 12 semaines ;
  • Le Pin, dont la période de pollinisation se situe au printemps, durant 4 à 8 semaines ;
  • Le Châtaigner, dont la période de pollinisation se situe en juin, durant 4 à 7 semaines.

L’allergie au Bouleau est particulièrement virulente. Touchant une bonne partie de la population, il s’agit d’une pollinose classique engendrant des symptômes ORL, oculaires et respiratoires (rhinite, conjonctivite, toux, asthme…). Pour savoir si vous y êtes sensibles, un simple test auprès d’un allergologue permettra de le déterminer. Il cherchera une sensibilité aux allergènes Bet v1 et Bet v2.

Les autres arbres au fort pouvoir allergisant sont ainsi le Frêne, l’Olivier, le Platane, le Mûrier à papier et le Cèdre du Japon.  Si ce dernier est plutôt rare en France, il est tout de même responsable du rhume des foins japonais, le kafunshō (littéralement : « maladie du pollen »). Pour s’en protéger, les tokyoïtes portent leurs fameux masques chirurgicaux ainsi que des lunettes de protections.

Les arbres dont l’allergénicité est faible sont le Chêne, le Pin, le Peuplier (puissance moyenne) et le Charme commun (puissance moyenne). Le châtaigner ne déclenche qu’exceptionnellement des allergies, souvent dues à une fragilité sur un autre pollen. Le charme, quant à lui, répand une quantité de pollen restreinte et les réactions sont possibles lors des années de fortes floraisons.

Pour assainir la qualité de votre air intérieur au printemps, les filtres pour VMC double flux Aldes possèdent un rempart anti-pollen qui barre efficacement la route aux particules allergisantes.

 

Et en automne ?

C’est en automne que la qualité de l’air est la meilleure en ce qui concerne les arbres allergisants, tout simplement car en automne, il n’y en a… pas.

Si vous déclarez une allergie à l’un ou plusieurs de ces arbres allergisants, il est primordial de se rendre chez un allergologue. Une fois votre sensibilisation et son degré démontrés, le professionnel de santé vous indiquera les mesures thérapeutiques à suivre. Il peut s’agir d’un traitement médicamenteux durant les périodes allergisantes, conjugué à des conseils pratiques comme fermer les fenêtres de la chambre à coucher et investir dans des filtres anti-pollen pour VMC double flux.

La question du mois

Etes vous intéressé par suivre Aldes sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter)?

2018 © Aldes – The healthyliving company, All rights reserved - Mentions légales

Création site : agence web Alteo Lyon